Skip to content

Aux quelques agitateurs pacifistes qui perturbèrent la manifestation du 27 juin.

juillet 25, 2012

Avant toute chose, nous avons reçu des critiques et tenons à y répondre : Nous sommes déjà définis comme des « casseurs », des « hooligans »,… Nous ne demandons à personne de casser ou de ne pas casser. Nous demandons à tous d’être solidaires face à la répression et au fascisme. Ce qui n’est pas la même chose. Nous avons voulu continuer la manifestation malgré ce pare-brise brisé, ce que certains ont interprétés comme une revendication de l’acte. C’est une caricature idiote.

Résumons d’abord les faits, plus de 300 personnes ont manifestés sans autorisation de la Place Poelaert jusqu’à la Rue de la Loi. Tout près de la Rue de la Loi, quelques personnes masquées (nous étions nombreux à l’être) ont cassé les vitres de deux voitures de l’OTAN. Voitures que nous avons tous pu identifiés, puisque leurs plaques d’immatriculations étaient des plaques de l’OTAN.

Plusieurs personnes ont hurlés très violemment sur les quelques personnes qui étaient près des voitures. Ça ne ressemblait pas à grand chose, puis quelques pacifistes ont proclamés que le rassemblement était dissout. Dans le flot de remarques ‘adultes, citoyennes et éclairées’ on a pu entendre bien des arguments : « ce sont des gamins immatures », « nous sommes discrédités », « ceci est un rassemblement pacifiste », et le traditionnel « ce n’est pas en cassant des voitures qu’on fait la révolution ». Une vraie hystérie.

Le choix stratégique et tactique de casser ou non des voitures de l’OTAN est une discussion en elle-même qu’on ne soulèvera pas ici : nous adoptons une autre position. Celle-ci est de laisser à chacun le choix de décider la façon dont il agit, de réfléchir aux priorités (est-ce-plus important de ne pas manifester contre les ‘casseurs’ ou bien de manifester contre la répression?) et de réfléchir à la façon dont nous sommes solidaires. Mais certaines personnes se déclaraient prêtes à dénoncer les ‘casseurs’ aux ‘autorités compétentes’ si l’occasion s’en présentait. Très classe dans une manifestation contre la répression…

Second point : la manifestation n’est pas un rassemblement pacifique (et encore moins pacifiste). La question de la ‘violence’ n’a été abordée à aucun moment lors de réunions tri-latérales, mis à part dans une demande que nous avons fait aux autres initiateurs, celle de rester solidaires et tous ensemble quoi qu’il arrive. C’est à dire, même s’il doit y avoir des dégradations matérielles et des attaques contre la propriété privée.

Honnêtement, quel est le discrédit jeté sur le mouvement ? Celui d’une dépêche journaleuse défavorable ? La presse tabasse autant que la police : il aurait été étonnant qu’elle ne travestisse pas notre message, dans sa globalité et pas seulement à propos de ces deux voitures.

Enfin, si nous préférons ne pas réagir sur ces quelques vitres pétées : notre seule position c’est d’être solidaires avec tous les manifestants. Les seuls casseurs que nous ne voulons pas en manifestation, ce sont ceux qui cassent la solidarité et l’unité et dissolvent les rassemblements.

Et pour ,ne plus entendre un argument stupide trop entendu : Si ce n’est pas en cassant une voiture de l’OTAN qu’on « fera la révolution », « faire la révolution », ce n’est certainement pas non plus en passant devant et la laisser intacte.

 

Antifa BXL, contre la casse sociale et la casse de la solidarité.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :