Skip to content

Manifestation contre le meeting d’Aube Dorée à Bruxelles

octobre 3, 2014

Relayé depuis Indymedia

 

Ce 4 octobre 2014, le MAS – un mouvement fasciste français – organise un meeting en Belgique avec deux eurodéputés d’Aube dorée (Grèce) et le président de Casa Pound (Italie). Ces deux organisations ouvertement fascistes, néonazies et violentes n’ont rien à faire dans nos quartiers !

Aube Dorée est une organisation néonazie et violente qui attaque les immigrés, les musulmans et les Roms dans les rues et les marchés d’Athènes où encore les syndicats et les citoyens dans les manifestations et sur les piquets de grève. On se souvient que ces militants ont assassiné le rappeur Pavlos Fyssas en pleine rue l’année dernière. Les liens de cette organisation avec la police grecque sont nombreux et leur assurent une totale impunité en Grèce. Comme toutes les formations d’extrême-droite, ils attaquent tout ceux qui refusent de marcher au pas derrière leur chef.

Casa Pound est peut être moins connue sous nos latitudes, il s’agit d’un mouvement italien qui se veut « le fascisme du XXI siècle ». Ils sont considérés comme un modèle pour énormément de mouvements d’extrême droite européens, ils se réclament notamment héritiers de Mussolini et se basent sur des milices de rues animées par leur organisation étudiante ! Extrêmement violents, en 2006, ils ont attaqué des étudiants du secondaire à coup de ceinture dans une manifestation pour une école démocratique. Un chef, une nation « éthique », … cette organisation avance à visage masqué pour ressortir des poubelles de l’histoire une horreur sans nom.

Face au désastre social que nous imposent les gouvernements et les spéculateurs, ces formations prétendent combattre le « système ». L’histoire a prouvé que tout ce qu’ils proposent c’est de la barbarie, des massacres et des guerres. Pour nous, les réponses aux crises du capitalisme passent par la mobilisation solidaire et unitaire des 99%.

Nous refusons de laisser les fascistes et les nazis répandre leur haine du « musulman », du « juif », de l’étranger ou du militant. Ils sont dangereux et il faut les arrêter partout et toujours ! Faisons entendre notre voix. Arrêtons ce meeting.

Rejoignez la contre manifestation populaire et antifasciste ce samedi 04 octobre à la Gare Central

En mémoire de Pavlos Fyssas (Leuven et Toulouse)

septembre 17, 2014

Voilà un an que Pavlos Fyssas, un rappeur antifasciste grec, a été poignardé et assassiné par des néo-nazis.

Les antifascistes grecs appellent à une journée internationale d’actions cette année.

C’est pourquoi le LAG appelle tout le monde à se rassembler Martelarenplein (à Leuven) en souvenir de Pavlos Fyssas et d’autres victimes du fascisme.

Traduit depuis Indymedia Bruxelles

Lire la suite…

Solidarité avec Lucie !

septembre 11, 2014

Nous transmettons tel quel le communiqué de Futur Rouge.

Solidarité !

 

Nous tenons à exprimer notre solidarité à Lucie, qui, dans le cadre de son activité antifasciste, a été violée par un fasciste au mois d’aout 2013.

Pour nous, il s’agit d’un crime fasciste, qui visait à la détruire, la réduire au silence et à annihiler sa volonté de se battre contre le capitalisme, l’impérialisme, le fascisme et le patriarcat. Nous dénonçons ce crime politique commis contre une militante politique.

Ce viol a échoué à entamer sa détermination à se battre et à mener la lutte contre les fascistes. Le courage de Lucie a mis la répression fasciste en échec.

Nous voulons protéger cette camarade, et pour cela nous conservons son anonymat. Son corps n’est pas un champ de bataille, ni un étendard. Nous respectons son choix de ne pas porter plainte.

Nervis des capitalistes, les fascistes répriment et cherchent à terroriser les ouvrier-e-s, immigré-e-s, musulman-e-s, militant-e-s syndicaux, politiques, antifascistes. Ils sont prêts, pour démoraliser celles et ceux qui s’opposent aux intérêts des capitalistes, à violer, à tuer.

La propagande et la politique islamophobes et racistes de l’Etat encouragent les agressions contre les femmes voilées, les femmes non-blanches, agressions sexistes, racistes, fascistes et/ou policières. Le gouvernement précédent a favorisé la mobilisation des forces réactionnaires contre le mariage pour tous, entraînant une augmentation des violences transphobes, lesbophobes, biphobes et homophobes et la violence parfois criminelle contre les militant-e-s antifascistes.

Nous n’attendons rien d’un gouvernement lui aussi au service des capitalistes, qui mène une politique raciste, de destruction systématique des droits des travailleurs et travailleuses.

La violence de la société capitaliste et patriarcale est concrète et s’abat chaque jour sur les opprimé-e-s.  Il est des crimes qu’on tait, des crimes qu’on cache, des crimes qu’on accepte comme faisant partie de la vie de tous les jours. Nous ne voulons plus courber l’échine. Face aux violences du capitalisme, du patriarcat, face à l’islamophobie et au racisme, comme Lucie, nous voulons faire front, nous voulons nous battre. Nous appelons donc à la mobilisation en solidarité avec Lucie.

Contre les crimes fascistes, sexistes et patriarcaux, autodéfense, solidarité et unité !

Manif’ antifa le 7 juin à Paris

juin 5, 2014

10291813_502315703230101_1044596961865811644_n

Rassemblement antifasciste cet après-midi

mai 28, 2014

Plusieurs groupes bruxellois ont appelé à un rassemblement contre la venue de Marine Lepen à Bruxelles. Ce rassemblement aura lieu à 16h30, place du Luxembourg.

Lire leur communiqué

10257418_10204120511082607_7406589537471580672_o

Décryptage du 3 avril 2014 – Nation un groupuscule fasciste et violent

avril 6, 2014

Jeudi 3 avril avait lieu un rassemblement antifasciste contre le meeting électorale du Vlaams Belang – parti nationaliste flamand d’extrême-droite dirigé par Filipe Dewinter – soutenu par le Front National français de Marine Le Pen. A cette occasion, Jeune Nation avait annoncé sa présence au rassemblement antifasciste affirmant vouloir « mettre les contre-manifestants devant leurs contradictions en manifestant, de son côté, contre les fascismes islamiste et gauchiste qui ne sont, eux, jamais dénoncés par les bien-pensants ». Si Jeune Nation se veut une organisation de jeunes nationalistes indépendante, elle est composée exclusivement des jeunes du mouvement néo-nazi Nation. La preuve en est, c’est bien les militants de Nation – parmi lesquels les cadres du mouvement – qui étaient présents au rassemblement antifasciste. Et c’est Nation qui communiqua dès le soir même via son site sur les événements du 3 avril.

Si Nation affirmait publiquement vouloir manifester aux cotés des antifascistes, il s’agissait en réalité pour eux de chercher la confrontation avec les militants antifascistes rassemblés devant les galeries de la Reine et dès lors de profiter des médias pour jouer la carte de la victimisation. A l’approche des élections, Nation tente de se dédiaboliser en s’éloignant de l’étiquette nazie. Peine perdu, puisque le 3 avril ils ont montrés leur vrai visage. Un groupuscule fasciste et violent. Ceux-ci étaient présent avant le rassemblement dans leur local situé au rez-de-chaussée du 98 rue de Laeken à Bruxelles et l’on pouvait apercevoir Pascal Cornet accompagné de quelques militants dans les alentours des galeries de la Reine bien avant 19h30.

2014-04-05_175011

Le local situé au rez-de-chaussée du 98 rue de Laeken à Bruxelles

C’est d’ailleurs Pascal Cornet accompagné de quelques militants qui furent les premiers à venir provoquer les militants antifascistes (voir photo). Dans les premiers instants, présents aux cotés de Cornet l’on pouvait notamment apercevoir le jeune Jeremy F. (membre de Nation Anderlecht et trésorier de Nation), Antonio F. (ancien du groupe néonazi L’Assaut), Eddy De Smedt (ancien vice-président du Front national belge et actuel responsable bruxellois de Nation), Serge Carli (membre de Nation depuis de nombreuses années), Jean-Pierre Demol (porte-parole de Nation. Ancien dirigeant-fondateur du Mouvement social nationaliste (MSN), un groupuscule néorexiste bruxellois qui participa à la création du Front national belge de Daniel Féret), ainsi qu’Astrid D.

13620413515_26e8ba5130_b

Contrairement à ce qui était affirmé, c’était donc bien les cadres de Nation qui étaient présents dès les premières minutes du rassemblement.

Pascal Cornet

Pascal Cornet

Jérémy F.

Jeremy F.

Astrid D.

Astrid D.

Jean-Pierre Demol

Jean-Pierre Demol

Serge Carli

Serge Carli

 

 

 

 

 

 


1395871_235089719990008_1556713119_n

Antonio F.

Ceux-ci étaient accompagnés de gros bras visiblement réquisitionnés pour leurs capacités intellectuelles…

13620244685_75ba2a1e8e

Tactiquement en difficulté, opposés à des militants antifascistes déterminés à ne pas les laisser approcher et qui formèrent une ligne de dissuasion, les fashos appelèrent alors des renforts pour leur prêter main forte. Preuve que leur apparition était calculée et leur volonté d’en découdre sévèrement préméditée.

Emersson H. à gauche et Fred L. derrière Cornet

A gauche, Emersson Henge. membre de Nation Charleroi et Fred Laruelle. derrière Cornet.

 

Deux militants dont les convictions néo-nazies ne sont plus à démontrer.

Sans titre

1454967_235370836628563_515177700_n

Au centre : La rune d’Odal pattée qui était, sous le IIIe Reich, le symbole des Jeunesses hitlériennes. A droite la croix gammée de John Heartfield.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emersson Henge. qui sera l’auteur d’un acte de courage incroyable puisque seul – prenant son courage à bout de bras – il ira assener un coup de chaise sur un homme blessé et laissé pour compte.

2014-04-05_190439

Mais également Christian B. (ancien membre du groupe L’Assaut. Déjà connu dans les années 1990 comme dirigeant d’un groupuscule néonazi flamand bruxellois) à droite sur la photo.

13620588794_f04631ce53_b

Christian B prenant une photo.

1017197_348617435241709_879043783_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Egalement présent, Frédéric B. Alias Goliath

71883_10151305099214272_1533814877_n Belga_201404032025_37970326.jpg.h600

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Denis B. avec sa chemise bleue.

13620234485_843393d3b5_b 1504594_10203430436705477_158942489_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Andy V.D.H.

993787_4879777874173_1881955079_n 13620234485_843393d3b5_b

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’on aperçoit de dos faire un salut nazi.

MG_1438

 

Ainsi qu’un certain nombre d’autres membres venu en découdre avec les militants antifascistes.

Belga_201404032023_37970161.jpg.h600 s

10012484_1532633616962905_2128612538_n 13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin, le leader maximo de cette jolie bande de bonehead, Hervé Van Laethem, ancien militaire de carrière et fondateur du mouvement et son actuel secrétaire politique. Fondateur et dirigeant dans les années 1980 de la section bruxelloise du Vlaams Militanten Orde (VMO), une milice privée néo-nazie et violente, puis de son successeur, le groupe néonazi L’Assaut.

  • 281940IMGP4625 13620239133_8a33c45798_c

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout ce joli monde était donc réuni pour en découdre avec les militants antifascistes. Dès le début du rassemblement, ceux-ci provoquèrent verbalement les militants antifascistes dont la première ligne les fit reculer de plusieurs mètres. Galvanisés par l’arrivé de renfort, Pascal Cornet tentât d’agripper un militant antifasciste (voir photo) provoquant ainsi des affrontements.

MG_1516

 

 

Pas de chance pour Pascal Cornet qui se retrouva au sol (reconnaissable à ses chaussures).

Belga_201404032025_37970329.jpg.h600 Belga_201404032025_37970330.jpg.h600

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Antonio F., quant à lui provoqua une mêlée générale en arrachant un drapeau des mains d’un militant antifasciste, se retrouva également au sol. Où il lui fallu l’aide de Goliath et ses copains pour en ressortir…

10245555_742551269103044_1145224082_n

 

Suite aux provocations et à l’attaque de Nation, ceux-ci provoquent donc des affrontements durant lesquels ils seront repoussés.

Belga_201404032023_37970161.jpg.h600 1527047_10203544917924117_1831397191_n - Copie

 

 

 

 

 

 

 

Quelque peu refroidis par l’autodéfense antifasciste, les militants de Nation se replièrent derrière une barrière nadar à plusieurs mètres du rassemblement antifasciste.

923554_1532635610296039_514137419_n

Position qu’ils ne quitteront plus sauf à quelques rares occasions lorsque quelques militants antifascistes se retrouvent esseulés dans la cohue qui suit l’arrivée de Filip Dewinter devant les galeries de la Reine.

Ils attendront donc bien sagement la charge de la police contre les manifestants antifascistes pour retrouver quelque peu confiance en eux…

 

Derrière la façade de l’opposition au système, on retrouve donc un groupuscule fasciste et violent, allié de Serge Ayoub leader des Jeunesses Nationaliste Révolutionnaires et de Troisième Voie, organisations auxquelles appartenait Esteban Morillo, l’assassin de Clément Méric assassiné en Juin 2013. Un groupuscule fasciste donc, aux thèses des plus classiques et dont « tout l’art consiste à se dire anticapitaliste sans s’attaquer sérieusement au capitalisme. Il s’emploie d’abord à transmuer l’anticapitalisme des masses en nationalisme. (…) Le fascisme préserve ses bailleurs de fonds de la colère populaire en détournant l’anticapitalisme des masses vers la « ploutocratie internationale ». (Fascisme et grand capital, Daniel Guérin).

Nationalisme, défense du capitalisme national, virilisme et racisme, voilà les ingrédients de Nation qui n’hésite pas à jouer les gros bras pour le Vlaams Belang dans sa défense du patronat flamand !

 

Nation en image :

Militants de Nation arborant des t-shirts anti-antifa et NSDAP (Parti national-socialiste)

Militants de Nation arborant des t-shirts anti-antifa et NSDAP (Parti national-socialiste).

 

Soutien à Esteban Morillo, l’assassin de Clément Méric assassiné en Juin 2013

Soutien à Esteban Morillo, l’assassin de Clément Méric assassiné en Juin 2013.

 

Serge Ayoub invité par Nation.

Serge Ayoub alias Batskin invité par Nation.

 

Aymeric T, militant de Nation portant un T-shirt des SA (Section d’Assaut)

Aymeric T, militant de Nation portant un T-shirt des SA (Section d’Assaut).

 

A droite, Kevin, militant de Nation arborant la croix celtique. Sans doute l’un des symboles les plus repris par les mouvements d’extrême droite à travers le monde.

A droite, Kevin, militant de Nation arborant la croix celtique. Sans doute l’un des symboles les plus repris par les mouvements d’extrême droite à travers le monde.

 

 

15648_10201460239495441_1423978219_n

Serge Carli portant un t-shirt faisant référence aux affrontements entre supporters d’Anderlecht et des jeunes du quartier de la place de Linde en 2008.

 

 

Compte-rendu d’un membre d’antifa de l’affrontement au meeting du Vlaams Belang

avril 3, 2014

200 antifascistes se sont rassemblés à Bruxelles, à l’entrée des galeries de la Reine, là où se trouve le théâtre du Vaudeville oû devait avoir lieu le meeting du Vlaams Belang. Cette contre-manifestation était interdite mais elle a pu se tenir un bon moment. Une quinzaine de fascistes de Nation sont venu s’afficher derrière un calicot. Insultes et slogans ont été échangés. Les groupes se sont rapprochés et la bagarre a commencé quand un fasciste a arraché un drapeau antifa des mains d’un contre-manifestants. Celui-ci a pris des coups en voulant le reprendre, mais a agrippé Cornet, cadre nazi de Nation, qui s’est retrouvé dans les rangs antifas (qui avaient avancés) où il a été battu. Quelques échanges de coups ont eu lieu puis les heurts se sont calmés un moment. Un groupe de policiers en civil a alors voulu faire passer le président du Vlaams Belang, Philip de Winter. Des affrontements ont repris entre les contre-manifestants et l’escorte policière de De Winter, provoquant un charge massive des robocops de la police de Bruxelles. La plus grande partie des contre-manifestants a été repoussée vers la Grande Place et au-delà. Il y a eu quelques blessés légers à cette occasion. Une autre partie vers la rue du Marché aux Herbes. Les participants au meeting du Vlaams Belang ont renoncé au Vaudeville, et se sont rassemblés, sous bonne protection policière sur la Grand Place. Une petite centaine de participants à la contre-manifestation ont participé à une assemblée dans les locaux voisins de la JOC pour faire une évaluation de la manifestation. Au delà des inévitables divergences (violence/non-violence), toute l’assemblée trouvait la mobilisation réussie au point qu’elle pourrait faire date dans la relance de la lutte antifasciste à Bruxelles.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.