Aller au contenu principal

Lille : Manifestation de l’extrême droite sous haute tension le 8 octobre

octobre 4, 2011

Article issu de Actualutte

 

Le 8 octobre à Lille, une manifestation nationale pourrait réunir près de 600 personnes à l’appel des identitaires de la Maison flamande. Une première qui provoque un tollé et suscite une inquiétude dans le milieu associatif et politique.

Le climat est électrique depuis qu’Opstaan, le mouvement des jeunes de la Maison flamande de Lambersart (lire ci-dessous) , a appelé à une manifestation nationale le 8 octobre à Lille. Une première. Elle devrait réunir des identitaires et nationalistes de Paris, Lyon, Montbéliard et de Belgique. Depuis cette annonce, tout s’est emballé.
Martine Aubry a exprimé sa « grande inquiétude » au préfet, craignant « des actes violents envers certains individus ciblés ». La Ligue des droits de l’Homme parle d’un défilé fasciste organisé par les « groupuscules les plus durs et les plus déterminés de l’extrême droite ». Elle demande l’interdiction pure et simple. Syndicats et mouvements de gauche ont appelé à une contre-manif’. La CGT, Sud, le NPA, le Parti communiste, la CNT devraient être présents.

Face à cette levée de boucliers, la Maison flamande joue l’incompréhension. La raison d’être de cet appel n’aurait pour fondement… que des revendications sociales. Elle invoque même – provocation ou manipulation – la mémoire de Roger Salengro, « défenseur des travailleurs français » , à qui elle prétend rendre hommage au cours de sa manifestation ! « Il s’agit de défendre nos emplois, nos retraites et tous nos acquis menacés par la mondialisation, détaille Claude Hermant, figure de proue de l’institution lambersartoise. On veut nous coller une étiquette, on a même dit que cette manifestation était contre l’islamisation. » Une référence à la 4e édition de la fête du cochon qui aura lieu dans la soirée. « Ça n’a rien à voir avec la manif, c’est un événement interne et privé mais qui n’est pas anti-islam, rétorque Claude Hermant. On ne veut pas interdire le halal, on ne veut pas que tout devienne halal. C’est différent. »

« Chasse gardée » 

Pour l’heure 350 personnes devraient participer au repas. Dans la journée, le seuil moyen de manifestants devrait être de 600. Si « surprise », il faudra ajouter 300 personnes de plus. La Maison flamande a toujours refusé d’être assimilée à l’extrême droite. « On dérange, parce qu’on s’attaque à un domaine de la gauche en parlant du social et de la défense des ouvriers. Ils n’apprécient pas, c’est leur chasse gardée », lâche Claude Hermant.

Là, la Ligue des droits de l’Homme proteste. « Je suis désolé, mais ce sont les franges les plus radicales de l’extrême droite qui vont défiler, comme 3e voie, Nation ou le Front Comtois. Il y aura des nazillons », souligne Guy Fournier, président de la fédération Nord.

Le FN lui même prend ses distances. « Je ne serai pas à la manif, je les trouve trop extrémistes, ils sont dans une sorte de folklore du passé » , annonce Éric Dillies, secrétaire départemental.

À la Maison flamande, on ne nie pas que des jeunes aux crânes rasés seront présents dans le cortège. « Ils sont dans la provocation , assure Claude Hermant. À 95 %, ces jeunes sont en difficulté et veulent exprimer un mal être. Vous savez, certains choisissent de brûler des voitures ou leur salle de sport. Eux ont choisi ce biais, sans vraiment adhérer au dogme. Demandez-leur de citer un seul dignitaire nazi ou le fondement de l’idéologie, ils en sont incapables. » Et de poursuivre, en assurant que chaque année, la Maison flamande sort une dizaine de jeunes « de la rue » de cette mouvance, en leur trouvant, entre autres, un travail.

« Interdire cette manifestation serait une grave atteinte à la liberté d’expression », prévient-il.

Les services de l’État étudient sérieusement la question. « Le préfet porte une attention particulière à ce dossier » , précisait-on hier. À ce jour, aucune déclaration n’a été déposée, les organisateurs doivent le faire au plus tard trois jours avant la manifestation. La préfecture rappelle aussi la liberté de manifester. Une interdiction doit être motivée, notamment par des risques de troubles à l’ordre public. « Il n’y aura pas de problèmes, nous avons l’habitude d’organiser des manifs dans le calme », affirme Claude Hermant. Son parcours, il le déposera au dernier moment, et peu importe si son défilé est interdit. Ils iront quand même : « Les bus sont déjà réservés, imaginez 700 personnes frustrées dans le centre-ville après 12 heures de bus. » Traduction : c’est là qu’il pourrait y avoir des dégâts.

Guy Fournier, de la LDH, appelle à ne pas « céder » à ce qu’il qualifie de « chantage ».

MORAD BELKADI sur Nord éclair

About these ads

Les commentaires sont fermés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: